photo

TC

Je n'ai pas réussi à terminer un livre depuis des semaines. Je ne sais pas pourquoi, une panne après des années à passer mes soirées dans mon lit avec un bouquin ! Si quelqu'un ou quelqu'une a le début d'une explication à ce genre de comportement, je prends.

Et puis, j'ai ouvert La dernière fugitive.

Honor, une jeune Quaker, décide de quitter l'Angleterre et de suivre sa soeur en Amérique où celle-ci doit se marier. Rien ne se passe comme prévu et là voilà seule dans un coin reculé de l'Ohio (si l'en est), dans un monde si différent de son Angleterre natale. Même si elle vit aussi encore avec des Quakers, elle ne retrouve que peu de similitude avec son ancienne vie rythmée par la prière, la couture et le silence.

J'ai beaucoup appris en compagnie d'Honor dans cette Amérique des années 1850 : la communuaté des Quakers, la couture de leurs quilts si importants dans leur vie (ce que l'on appelle ici des édredons en patchwork), leur messe qui ressemble davantage à de la méditation, et surtout, surtout le "chemin de fer clandestin". Ce réseau de routes secrètes empruntées par les esclaves pour aller au Canada, pays de liberté.

Honor, arrivée sur le sol américain si fragile, timide et renfermée devient au fil des pages et de ses rencontres, une jeune femme sûre d'elle, ferme, têtue, et déterminée. Elle prouvera à plusieurs reprises qu'elle n'est pas prête à baisser la garde pour défendre ses convictions.

Tracy chevalier raconte avec une quantité de détails précis, son écriture est simple et se dévore sans effort.

J'ai aimé ce livre, je ne peux que le conseiller. Et si vous aussi vous avez vu 12 years a slave (dont je vous parle bientôt) : La dernière fugitive aporte un autre regarde sur l'Amérique au milieu des années 1850.