Dans le brouhaha

03 avril 2014

Musée d'Orsay, un coup de jeune

photo (3)

Si vous n'avez pas mis les pieds au musée d'Orsay depuis 2011, allez-y en courant. Il a pris un sacré coup de jeune !

L'allée principale n'a pas changé. En revanche, les salles de ce rez-de-chaussée ont été mises en couleur. Les murs blancs et froids sont devenus rouges et flamboyants. Mais c'est surtout le dernier étage, celui du post-impressionnisme et de l'impressionnisme, qui est méconnaissable : les murs sont peints de couleurs chaudes, le carrelage a laissé sa place à du parquet, la lumière est devenue plus chaleureuse, et la circulation a été grandement améliorée. Plus de salles en enfilade. 

La surface d'exposition a augmenté, de nouvelles toiles sont accrochées selon la nouvelle tendance : sans cadre. Finis les cadres alambiqués dorés !

Les tableaux de Manet, Degas, Monet, Cézanne, Renoir, Sisley, mais aussi Van Gogh, Gauguin, Seurat, le douanier Rousseau sont mis en valeur. La visite est plus agréable, beaucoup plus agréable.

A quand un petit coup de jeune pour son voisin d'en face, le musée du Louvre ?

Posté par madame Brouhaha à 11:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 mars 2014

Mon premier Salon du livre

DSCN5766

Excitée comme une gamine de 15 ans avant sa première boum, j'ai découvert le Salon du livre.

Une immense librairie. Des montagnes de livres posées là, devant moi, à portée de main et de lecture. J'ai sillonné toutes les allées le visage barré d'un sourire. Dans un sens, puis dans un autre. J'y ai passé des heures. À feuilleter un livre et un autre. Je pensais à un ouvrage découvert sur le net que j'avais envie d'ouvrir, je tentais de le trouver. Et puis un auteur se rappelait à ma mémoire, je filais sur le stand de son éditeur, souvent à l'autre bout du Salon.

Mon seul regret : ne pas avoir rencontré, ni même croisé un auteur connu (par moi). J'ai seulement aperçu Joseph Joffo et Dany Laferrière. J'aurais bien pris le temps de faire la queue qui menait vers cet auteur québécois mais j

e n'ai rien lu de lui. C'est sans durs viennent au Salon le week-end. Alors ce regret n'en est plus vraiment un : le nombre de visiteurs doit atteindre des sommets !

Voici la pile de mes achats. Raisonnable. oute le moment de commencer. Les aute

Je suis contente d'avoir acheté un Audiolib, certaines blogueuses en parlent beaucoup en ce moment. J'ai envie de me faire mon opinion. Et puis je passe tellement de temps en voiture ! Quant aux romans, je vous les présente dès que possible.

Posté par madame Brouhaha à 06:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 mars 2014

Mon voisin de Milena Agus

DSCN5770

MilenaAgus

J'avais beaucoup aimé Mal de pierres, le premier roman de Milena Agus. Vendredi, au salon du livre, en passant devant le stand des éditions Liana Levi, j'ai attendu une jeune femme dire : "Mon voisin est mon livre préféré de cette auteure". Je me suis arrêtée net ! Et l'ai acheté.

Avalé dans le métro sur le trajet du retour, Mon voisin est une nouvelle d'une cinquantaine de pages.

Une femme abandonnée par son amoureux vit avec son petit garçon de "presque deux ans". Malheureuse dans la vie et inquiète par le mutisme de son fils, elle imagine, à longueur de journées, un suicide parfait. Celui qui ressemblerait le plus à un accident, celui qui ne la ferait pas passer pour une faible femme. Et puis, sous la chaleur écrasante de l'été sarde, elle croise son voisin, solitaire, lui aussi. Mais hypercondriaque.

Pendant l'été, ce voisin accueille son propre fils. "Le voisin laissait son fils escalader le mur tous les matins, et elle, laissait la fenêtre ouverte".

Voici un texte rempli de douceur et de poésie. Les personnages sont simples, décrits sans effet de style. Milena Agus a une écriture qui ressemble par moment à celle d'un enfant, tellement elle semble spontanée. Et finalement assez crue. La simplicité des personnages et de la façon dont est racontée cette histoire met en exergue les sentiments. La vie à l'état brut.

3 euros à dépenser pour une heure de soleil intense, à tous les sens du terme. Foncez.

Posté par madame Brouhaha à 07:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 mars 2014

Citation

À une petite chose, l'inquiétude donne une grande ombre. 

Jacques Lacan

Posté par madame Brouhaha à 21:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Semaine nationale de lutte contre le cancer

Quand on en a eu assez que le cancer soit si présent autour de nous, avec quelques amies, on a créé une association pour récolter des fonds et ainsi soutenir la recherche contre les cancers pédiatriques.

Tous les ans depuis 7 ans maintenant, nous sommes une dizaine de bénévoles à organiser Une course contre le cancer dans les rues de notre village.

En voici quelques images...je vous en parlerai une prochaine fois, c'est vraiment une expérience à partager.


Si vous avez envie de participer à la semaine de lutte contre le cancer et que vous ne savez pas trop comment vous y prendre, sachez que l'institut Curie organise l'opération Une jonquille pour Curie.

http://www.unejonquillepourcurie.fr/

Posté par madame Brouhaha à 07:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mars 2014

Journée du Bonheur

2014

Mon bonheur de cette journée mondiale du bonheur :

Me souvenir plusieurs fois pendant la journée que demain,

je vais au Salon du livre, for the first time !

Posté par madame Brouhaha à 18:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 mars 2014

La petite fille à la balançoire de Frédérique Bedos

Frédérique Bedos a une vie hors norme qui mérite qu'on s'y attarde un peu.

FrederiqueBedos

Si vous connaissez son joli visage, c'est parce qu'elle a été présentatrice à la télévision pendant quelques années. Mais mieux vaut que je commence par le début.

Frédérique est née en banlieue rouennaise, dans les années 70. Ses premiers souvenirs sont joyeux : elle vit seule avec sa maman, pleine de vie, originale et insouciante. Et puis, peu à peu, leur vie tourne au sordide. Sa maman perd pied avec la réalité. Elles partent alors vivre à Lille et rencontrent Michel et Marité. Un couple d'une telle générosité qu'ils accueillent chez eux une multitude d'enfants délaissés ou même abandonnés par leur famille. Frédérique est toujours la bienvenue chez eux ! Commencent alors des aller-retour entre ces deux foyers : l'appartement de sa maman biologique, maman Jeanne et la maison de ceux qu'elle appelle maintenant Papa et Maman. Ils dirigent l'antenne de Lille de l'association Terre des hommes. Les enfants viennent du monde entier, avec ou sans handicap, parfois lourdement handicapés et déjà malmenés par la vie. 

« Avec mes parents adoptifs, (...) j’ai découvert une ribambelle de frères et sœurs. Avec Virginie, ma sœur coréenne, Pierre-Vincent, le bébé né sans bras ni jambes, Gaston, le frère camerounais dont le visage avait brûlé dans un feu… il fallait nous voir dans la rue. Cette tribu arc-en-ciel où il manquait un œil à l’un, un bras à l’autre ne passait pas inaperçue. Chacun est arrivé clopin-clopant dans cette famille avec son parcours chaotique. Mais nous ­devenions des enfants “choisis”. Et la magie a opéré...»

Elle arrive à Paris à 16 ans pour commencer ses études...qu'elle ne finira pas. Elle devient présentatrice télé.

1540-1

En 2009, fatiguée de se sentir étriquée dans cette vie sous les lumières du showbiz, elle plaque son métier. Après avoir tenu son enfance à distance pendant des années, elle décide de se consacrer aux "héros anonymes", à tous ceux qui, comme Michel et Marité "dans l’ombre, accomplissent au quotidien des actions formidables au service des autres". 

Elle crée le projet Imagine. http://www.leprojetimagine.com/
Dont l'objectif est d’encourager chacune et chacun à s’engager pour "bâtir le Meilleur ensemble".

header

 

Allez vous promener sur ce site, Frédérique Bedos est une belle personne, de l'intérieur. Et ça fait un bien fou de ne pas écouter les combats de coqs de nos politiques pour rencontrer virtuellement La petite fille à la balançoire.

Posté par madame Brouhaha à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 mars 2014

Comment interdire à un Ado ?

DSCN2308

Comment fait-on pour obliger son Ado de 15 ans à bien manger ?

Je ne crois pas que les mots "obliger" et "Ado" puissent s'écrire côte à côte dans une phrase ! 

Le matin, Ado sort de son lit 10 minutes avant de partir au lycée. Il saute dans son caleçon et se brosse les dents (Mon Dieu, pourvu qu'il prenne le temps de se laver les dents !) Il a donc le ventre vide ! 

A midi, comme la cantine du lycée est immmmmoooonnnnde ! Il sort de l'école et mange un kebab, un Mc Do, ou une plâtrée de pâtes chez un copain.

Le soir en rentrant, il se jette (littéralement) sur un bol de Benco et des tartines de Nutella. 

Il mange peu au dîner (rapport au bol de chocolat et aux tartines (!)) et au fait que, le soir, je prépare souvent des légumes.

Tous les samedis vers 16h, il file voir ses copains, et dort chez eux ou les invite à la maison...après avoir mangé ! Rebelote : Kebab.

Je sais que c'est de son âge, je sais qu'ils sont tous pareils, je sais que sa santé n'est pas complétement foutue. Je lui dis, lui re-dis et lui répète à quel point il est IMPORTANT de bien se nourrir quand on est en pleine croissance

Rien n'y fait !

Alors je pourrais le mettre sous clé et lui interdire de sortir, le faire suivre, lui supprimer son argent de poche (je ne suis pas certaine que nos 10 euros mensuels changent la donne !), continuer à lui faire la morale, et surtout...

...attendre qu'il mûrisse ! 

Posté par madame Brouhaha à 17:23 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 mars 2014

Thomas Vinau

Certitude

Combien de principes
tiennent
dans une larme

Extrait de Juste après la pluie.

Posté par madame Brouhaha à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

De l'or au bout...des crochets

granny

Que les choses soient claires : là, vous ne pouffez pas ! MERCI.

C'est la première fois de ma vie que je tiens un crochet dans la main. Et j'ai de grandes ambitions : crocheter une couverture ! Je ne sais pas combien de carrés je vais devoir réaliser, mais je vais y arriver.

Mon fiston l'Ado a eu la bonne (c'est une blague !) idée de se casser le poignet droit (c'est mieux !) au foot dimanche et surtout de se faire opérer lundi. Le chirurgien lui a posé des broches.

De 9 h à 20 h le popotin rivé sur une chaise en attendant que tout cela se fasse... peinarde, ou plutôt tendue comme un arc, j'ai crocheté, maille après maille, pour arriver à ce MAGNIFIQUE résultat !

N'est-ce pas ?

Je vous montrerai le résultat...si vous ne vous moquez pas de mes 2 mains gauches.

Sachez que pour arrêter de réfléchir, le crochet c'est parfait.

Posté par madame Brouhaha à 08:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]